Si la musique n'était plus. Si un tyran prenait le pouvoir. Comment serais le monde?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a dit Saint Valentin ? |PV| Taylor A. Dalloway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silver Anderson

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 23

MessageSujet: Qui a dit Saint Valentin ? |PV| Taylor A. Dalloway   Dim 19 Fév - 20:39

Froissement de papier, papier qui finit dans une corbeille déjà remplie de lettres en tout genre. Je remontais mes lunettes en grognant. 14 février la fête des amoureux, des emmerdeurs oui ! Et encore j'étais poli. Juste parce que j'étais un assez beau spécimen j'avais gagné le droit d'être harceler par des midinettes en talons. Je n'aimais pas ça donc habituellement je restais enfoui sous mes draps, laissant passer cette journée de m*rde. Ma chambre d'hôtel était tout ce qu'il y avait de plus impersonnelle et je n'avais qu'une envie : la fuir. Pourtant en ce 14 février mon lit semblait des plus tentant. Mon oreiller me lançait un de ses appels dont seul lui avait le secret. Pour faire balancer ma balance de volonté, je posais mon regard sur la petite table couverte de lettres d'amours, de chocolats... Je sautais dans mes bottes, enfilais rapidement ma veste et sortais aussi vite de ma chambre. L'air frais caressa mes joues. Il commençait à faire nuit et j'avais faim. Une faim particulière...
Je ne tapais pas dans l'hôte de club, trop cher pour mon porte feuille de jeune pauvre, mais j'attendais plutôt la fin du service des dit hôtes. Je ne regardais pas l'apparence physique ce n'était qu'un coup d'un soir. Sans me vanter j'étais plutôt pas mal dans mon genre. Je possédais la blondeur angélique mais étais tout ce qu'il y avait de plus démoniaque. Mon regard vert agissait comme un aimant. Aimant qui ne mit pas longtemps à agir. Ma proie sur les talons, je cherchais un coin assez sombre pour conclure. J'avais une de ses mains sur ma hanche droite tandis qu'il regardait autour de lui à la recherche... Une ruelle ferait l'affaire. Je le plaquais sans tendresse contre le mur. Pourquoi être tendre en sachant que je ne le reverrais plus ? Alors que ma main glissait sous le pantalon de Mister X, un raclement de gorge me parvint. Pas moyen de copuler en paix le jour des amoureux... L'inconnu du soir prit une teinte carmin, j'aurais été quelqu'un de normal j'aurais trouvé ça normal. Mais je n'étais pas normal donc de ma jolie voix sèche je lui demandais de partir... Ce qu'il fit sans demander son reste. J'avais un peu de regret dans le regard en voyant ce joli derrière m'échapper. J'allais me venger sur la personne qui nous avait dérangés. Pour mon plus grand malheur et de ce que je pouvais voir c'était une fille. Une fille ! Non mais vraiment quelle journée de loose !

- Merci d'avoir gâchée ma soirée...
Simple murmure, mais un murmure plein de haine. Je passais en coup de vent près de la fille – y penser était une sorte d'insulte. Elle avait les cheveux bleus.
Il n'était pas encore vingt et une heure, j'étais affalé sur le bar et avais déjà le nez dans une bière. Ça avait un goût dégoûtant mais j'essayais d'en faire abstraction pour y noyer mon chagrin. J'avais du me soulager seul à cause de la gamine qui nous avait interrompu. En parlant de bière, je ne supportais pas l'alcool et elle commençait à me faire de l'effet la saligote. J'avais l'air d'un gamin boudeur, je donnais des coups de pieds dans le comptoir et fusillais du regard le barman qui me demandait de cesser. Dans mon dos la porte du bar s'ouvrit, un long vent frais s'infiltra dans la pièce me faisant frisonner. Décidé à faire comprendre à l'irresprectueuse personne comment je fonctionnais, je me tournais à moitié... et faillis tomber de ma place.
C'était une fille aux cheveux bleus. Combien de chance sur cent, mille ou plus que se soit la nana qui m'ai interrompu alors que j'essayais de prendre mon pied ? Je retournais faire ami-ami avec le bar plus déprimé que jamais.

- Barman un autre...


Dernière édition par Silver Anderson le Dim 11 Mar - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor A. Dalloway

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Qui a dit Saint Valentin ? |PV| Taylor A. Dalloway   Jeu 23 Fév - 17:40

.Qui a dit St Valentin ?.

« Peut-être que nos blessures nous apprennent des choses, elles nous rappellent d'où on vient et ce qu'on a surmonté, elles nous apprennent ce que l'on doit éviter à l'avenir. C'est ce que'on aime penser, mais ça ne se passe pas toujours comme ça. Il y a certaines choses que l'on doit apprendre et réapprendre encore. »
« Dans le genre journée pourrie, je vous recommande la Saint Valentin. Fête des amoureux, tu parles ; fête des blaireaux, oui ! « Il y a des tas de choses à faire quand on est en couple, Taylor ! » me disait-on tout le temps, tandis que je défendais mes idées du genre « le célibat, saylemieux ! ». Pourquoi toutes les filles de mon âge cherchaient-elles l'amour à tout bout de champ ? Aucune de les connaissances ne voulait se faire à l'idée que le Prince Charmant, ben il existe pas. Étais-je le seul être doté d'un minimum de maturité de ce côté là ; moi, la pire des gamines que la Terre n'ait jamais connu ? Wah, la blague.
Il était aux environs de midi quand je suis arrivée chez mes grands parents, après avoir fait quelques courses pour eux. Ma grand-mère m'avait répété de profiter de ma journée, mais profiter en quoi ? J'avais pas de petit copain ; j'en voulais pas. N'était-ce donc pas assez clair à son goût ? La Saint Valentin, c'est pas pour moi. Niaiserie, guimauve et tout ce qui va avec... non merci, j'ai déjà donné.
Alors au lieu de faire comme tout le monde, c'est-à-dire se balader dans la rue main dans la main, ben je fis ce qu'on faisait pendant les vacances d'hiver. Je partis skier. Enfin je pris un hélicoptère qui me mena sur l'un des nombreux sommets praticables du Japon, snowboard sous le bras.

Dévaler les pentes faisait passer les temps. Non, vraiment, c'est largement mieux que de glander dans des restaurants en face d'un gars qui vous regarde façon « ce soir je te mets dans mon lit ». Non, là tu te retrouves avec des adeptes de l'extrême, tu sais qu'ils sont là parce que leur amour pour le sport est plus fort que le désir de se faire une fille qu'ils reverront jamais. Tu te sens bien, quoi.
C'est donc en compagnie d'une bande de garçons que mon après-midi se déroula. Car ouais, les nanas préfèrent rester au chaud avec leurs amoureux, et les mecs sont, sur ce coup, bien plus courageux.
Alors après m'être bien défoulée dans les snow parcs, avoir bouffé de la neige comme personne et avoir essuyé une cinquantaine de gamelles bien douloureuses, je dus quitter les montagnes pour retrouver ma baignoire. Bah, vu sa taille, je n'avais vraiment pas à me plaindre.
Occupée à lire des magazines people, je ne vis pas vraiment le temps passer pendant que mon corps trempait dans l'eau brûlantes. Toujours était-il que lorsque je sortis du bain, il était à peine 18 heures.

Il était bien trop tôt pour que je puisse songer à dîner, alors après m'être habillée à la va-vite –une New-Yorkaise, même habillée vite fait, portait ses vêtements avec classe– je m'équipais de mon téléphone et donnai rendez-vous à une bande de potes dans un bar du coin. Ben quoi, vous me voyez improviser une sortie lorsque je serais sur place ? Foutez-vous de ma gueule, c'est ça.
Une vingtaine de minutes plus tard, on se retrouva autour d'une table, avec une douzaine de canettes de bières et trois bouteilles de vodka. Hum, la soirée promettait d'être longue... Mettez-moi de l'alcool sur une table et je ne pouvais résister à l'appel qu'il me lançait ce sale crevard ! Un verre, deux verres, trois verres... j'arrêtai de compter à partir du cinquième et commençai déjà à sortir des conneries dix fois plus grosses que moi. Wah la vache, je suis pas encore tout à fait bourrée mais j'ai déjà envie de dégueuler.

▬ Oh my God... s'cusez moi, j'vais prendre l'air, déclarais-je en me levant de mon siège.
▬ Azy Taylor, t'es une tapette !
▬ Et mon poing dans ta gueule, tu sais ce qu'il te dis ?
Éclat de rires dans la salle et une Tay' qui titube jusqu'à l'entrée du bar. Là, on est bien loin des lumières aveuglantes de la capitale, bien qu'on soit dans un quartier situé en plein cœur de Tokyo. Je chechai un endroit où personne ne viendrait me déranger et trouvai finalement une ruelle déserte entre... un autre bar et un club d'hôtes.
Alors que je croyais être toute seule, j'entendis de petits bruits plutôt dérangeants et levai les yeux pour me retrouver en face de deux mecs appuyés contre le mur, occupés à faire des choses non approuvées par l'Eglise. Euh les mecs, y'a des hôtels pour ça, hein ! Pour leur faire comprendre mon indignation, j'émis un léger raclement de gorge –ça passait mal avec tout cet alcool qui me brûlait l'œsophage– suivi d'un haussement de sourcils. Les deux se stoppèrent net et après quelques instants, l'un décampa vite fait, et l'autre mis plus de temps à partie, mais le fit quand même non sans m'avoir transmis un murmure chargé de haine, auquel j'aurais pu répondre si ma gorge ne m'était pas aussi douloureuse.

▬ Merci d'avoir gâché ma soirée...
Ben écoute, de rien. T'avais qu'à faire tes cochonneries en privé, qu'est ce que tu veux que je te dise ? Les gens de nos jours, vraiment. Enfin je dis ça, je suis assez mal placée pour parler.
Après cinq minutes à respirer l'air frais, je retournai dans le bar. Fini l'alcool pour aujourd'hui, Taylor. Tu supportes pas bien et en plus, tu bousilles ta voix. Mais qu'est ce que j'en ai à foutre, ma voix elle changera plus jamais ! AngelVox power j'ai envie de dire, aujourd'hui. Je m'adossai contre le mur et inspirai un bon coup. Allez Taylor... la soirée est pas encore finie...


Lorsque je rouvris les yeux –car je m'étais vraisemblablement assoupie– le décor n'avait pas changé d'un poil mais j'avais la peau toute froide. C'est là que je me rendis compte que j'avais passé ma journée de Saint Valentin avec des sportifs, puis des fêtards, mais que finalement, je pouvais dire toute seule. Ben oui, normalement c'est en couple que tu fêtes cette journée, pas avec des gens que tu reverras pas ! Putain Taylor, qu'est ce qu'on va faire de toi... ?
Je jetai un coup d'œil sur mon portable. 14 appels en absence, 10 messages sur la boite vocale et 12 SMS. Ils sont tarés les gens ou quoi ? Ça fait à peine vingt minutes que je suis sortie ! Les 10 messages de la boite vocale n'étaient rien d'autres que des hurlements d'ados complètement pétés, qui me demandaient si ça allait. OK, d'accord. La plupart des SMS venaient des filles restées à New-York qui me disaient qu'elles auraient des tas de trucs à me raconter d'ici mon retour, les autres venaient encore de ces bourrés et un venait de mon frère, qui ne « rentrerait pas avant deux heures ». Pigé.
Compte rendu fini, je pus enfin retourner au bar où des cris de joie résonnaient comme pas possible. Mal au crâne, impossible de retourner les voir. Bah, avec un peu de chance ils ne s'apercevaient pas de ma non-présence.
Alors je déambulais dans les rues mal famées de Tokyo, à la recherche d'un bar tranquille ou je pourrais siroter une boisson innocente, style Diabolo Cassis ou Coca-Cola. Enfin je dis ça, je suis sûre qu'arrivée là-bas, je me retrouverais avec un verre de bière ou un délire dans le genre. Ce fut au bout d'un petit quart d'heure que je décidai de pousser la porte d'un bar inconnu, et constatai avec surprise qu'il ne devait y avoir qu'une demi-douzaine de personnes installées. Dans le genre bar pour dépressifs, celui là devait se trouver dans les cinq premiers...

Tous se retournèrent. La plupart des clients avaient le nez rouge, les yeux exorbités et une tête de poivrot. Sauf peut-être un ou deux... dont le dégueulasse qui triporte ses congénères dans la rue. J'aurais pas pu mieux tomber, tiens ! Ce gars qui m'avait lancé un regard genre « je-vais-te-tuer » devait être heureux de me voir aussi, tiens ! En bonne emmerdeuse suicidaire que j'étais, ben j'allais rester. Combien parie-t-on que c'est un BlackSong ? Avec une tête pareille, je pourrais miser toute la fortune des Dalloway...
D'un pas léger, je m'approchai du comptoir et m'y installai tranquillement, en demandant innocemment un petit Diabolo Menthe.

▬ Désolé ma jolie, on sert pas de ça chez nous, répondit le barman d'une voix rauque.
▬ Alors un Coca-cola.
▬ Non plus.
▬ Un Sprite ? –hochement de tête négatif– Un Orangina, –encore– Oasis, Pepsi, 7Up ? –nouveaux mouvements de la tête– Et puis ça me fait chier. Je veux une bière.
Ce soir, le monde entier était contre moi, assurément. Ça devrait même pas être permis, bordel. Manquerait plus qu'il me réclame une pièce d'identité. Heureusement, il le fait pas et me pose une pinte de bière pas aussi tendrement que les barmans le font d'habitude, avant de retourner nettoyer ses verres. Inconsciemment, je me mis à fredonner « Stairway to Heaven » tout en tapotant le rythme sur mon siège. Mon voisin de siège pouvait bien dire ce qu'il voulait, je terminerais ma chanson, hein. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
 
Qui a dit Saint Valentin ? |PV| Taylor A. Dalloway
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meurtre à la Saint Valentin
» Biscuits, macarons, muffins et cupcakes de Saint Valentin
» La fête de la saint Valentin
» [Terminé] Saint Valentin !! Défis express'
» Petits sucres de Saint Valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Symphonia World :: Asie :: Japon-
Sauter vers: