Si la musique n'était plus. Si un tyran prenait le pouvoir. Comment serais le monde?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oz A. Hottenberg

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 20

MessageSujet: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Jeu 26 Jan - 0:01

« Ne vous trompez pas entre ma personnalité et mon attitude. Ma personnalité est qui je suis tandis que mon attitude dépend de qui vous êtes. »
« Des baskets montantes qui tapaient contre le bitume fraîchement mouillé, un blue jeans, un t-shirt blanc recouvert par une chemise à carreaux ouverte dont les manches étaient remontées et un sac en bandoulière... le jeune BlackSong se fondait dans le paysage parisien. Il avait cette attitude désinvolte qu'on lui voyait souvent lorsqu'il se baladait en public, qui donnait un côté assez charmant au garçon.
Cela aurait pu être normal s'il n'était pas deux heures du matin. En effet, son avion avait atterri trois heures plus, et il venait tout juste de sortir d'une réunion BlackSong particulièrement ennuyeuse à ses yeux. Heureusement pour lui, son père avait été là pour représenter l'Autriche dans la salle du conseil. John Thomas, trop occupé à diriger son petit monde, n'avait pas assisté à cette réunion mensuelle des représentants des différents pays, mais Oz n'en avait que faire. S'il était venu à Paris, c'était parce-qu'il avait entendu parler d'un Rebelle fraîchement capturé et peu bavard. Malheureusement, il avait aussi appris des son arrivée que l'homme avait réussi à se faire la malle en beauté, et était depuis d'une humeur exécrable. Cela mêlé à son attitude « BlackSong » qu'il prenait quand il était en compagnie des gens de sa catégorie donnait un Oz qui avait des envies de meurtre. Donc il s'était eclipsé juste après être sorti de la salle où se trouvaient une bande de vieux –tout ce qui était plus agé que lui était répertorié comme vieux– qui aimaient parler de sujets ennuyeux à mourir. Il ébourrifa ses cheveux –simple tic qui le prenait depuis tout petit– et sortit une sucette de sa poche. Après avoir retiré l'emballage –qu'il avait jeté par terre– il fourra la sucrerie dans sa bouche et déambula dans les rues, mains dans les poches et sac qui cogne contre la jambe.

Il avisa le décor qui s'étendait autour de lui. Il n'avait jamais été spécialement attiré par Paris, mais il fallait avouer que ce soir, elle était vraiment magnifique. Il faisait très noir, il n'y avait personne dans les rues, et les étoiles se voyaient comme jamais. Oz entra dans le premier immeuble qui s'offrit à lui et gravit les escaliers rapidement, jusqu'à arriver sur le toit. Il poussa la porte qui se referma dans un claquement et leva la tête. Voir les étoiles d'aussi près lui donnait envie de sauter le plus haut afin de les toucher, mais il se surprit à penser de telles imbecibilités et haussa les sourcils. Ce qu'il pouvait être stupide... comme si on pouvait toucher les étoiles ! Un rêve d'enfant qui avait fini anéanti, pour pas changer. Sur Terre, tout finissait forcément à la trappe sans qu'on y fasse rien. Tu voulais rêver de liberté ? Les gens venaient te l'arracher en un claquement de doigts.
À cause de ça, Oz était passé de gamin innocent à instrument de torture aux mains des BlackSong. Maintenant il était trop tard pour revenir en arrière; il avait fait couler trop de sang pour pouvoir se faire pardonner un jour. Oz s'adossa contre le muret qui le séparait du vide et posa son sac à côté de lui. Était-il monté sur ce toit dans le but de se suicider ? Non, ça n'était dans ses intentions. Déjà, il était bien trop fier pour pouvoir faire un acte aussi lâche, ensuite parce-que jamais il ne laisserait Juliet et Emily seules ! En parlant de ça, il risqua un petit coup de fil à sa sœur aînée, avant de se rendre compte qu'il avait fait une gaffe.

— T'es trop drôle, ahah je suis moooorte de rire sale bouffon... claqua la voix étrangement rauque de Juliet.
— Bonsoir grande sœur, tout va bien, il ne m'est rien arrivé de fâcheux ! C'est moi ou tu dormais ?
— C'est moi ou il est deux heures du matin passées ? Rappelle moi dans huit heures et on parlera si tu veux. Bonne nuit.

La princesse raccrocha. Le blond se rappela soudainement de la gaffe qu'il avait faire en appelant sur le portable de sa sœur. Puisqu'il n'y avait pas de décalage horaire entre Paris et Vienne, il était évident que le palais Hottenberg était plongé dans le même sommeil que leur belle au bois dormant. Oz soupira et ferma les yeux, bercé par la brise fraîche de la nuit. »


Dernière édition par Oz A. Hottenberg le Jeu 1 Mar - 14:24, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Angelica Bernkastel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 20/12/2011
Localisation : Là où tu n'es pas ~

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Jeu 26 Jan - 10:15

- Putain ! Pourquoi m'a-t-on encore fourré une mission de merde !?!

Encore et toujours, Angelica se plaignait. Normal selon elle. Elle avait toujours les missions les plus nulles. Aujourd'hui , il fallait qu'elle aille à la rencontre d'un rebelle ayant échappé aux BlackSong. Mais elle s'en fichait royalement ! Paris , c'était une très belle ville et elle ne pouvait pas en profiter ! La barbe quoi ! Mais il faisait froid à Paris bien plus qu'en Océanie où elle avait pris l'habitude de vivre. Les cheveux au gré du vent , Angelica marchait le long de la Seine. Fleuve plutôt grand mais pas si exceptionnel que ça. Et puis , chercher après un camarade dont elle ne savait rien ... Personne n'a voullu prendre ce travail mais , comme toujours , Angelica Bernkastel était le bouc-émissaire ... Celle-ci se donna une petite tape. C'est toujours à cause de sa petite taille qu'on l'a prenait pour une moins que rien.
Pfff ... Elle avait rejoint les rebelles pour revoir le monde qu'elle connaissait. Mais on lui refilé toujours les missions merdiques. Ce soir , Paris était calme. Pas de saoulard dans un coin sombre , rien. Remarque , qui aurait envie de boire en ayant un monde aussi pathétique ? Angelica soupira en s'arrêtant sur un banc où elle s'asseya. Le clair de lune était joli ce soir. Elle se sentait proche de la lune. La nuit est ce qu'Angelica préfère. Le calme , le noir total parfois. C'était peut-être tordu mais c'était Angelica. La lune apparaissait sur la Seine en mouvement. C'était plutôt joli mais ennuyeux. Elle devait trouver ce chien de rebelle qui l'avait fait venir jusqu'ici et le ramenner. Après ça , elle pourra observer tranquilement Paris et la Seine. Se levant pour reprendre sa marche , elle voulait prendre son portable et faire une farce à ses parents mais avec le décalage horaire , ça marcherait pas. Pfff ...

Angelica épousseta son jeans slim noir simili cuir en soupirant. Les jeans , c'était bien certes. C'était plus pratique de bouger avec que avec une jupe. Et comme depuis longtemps , Angelica avait une chemise blanche avec une cravate noire. Elle avait des petites ballerines à talons noires avec des chaines. Ses yeux d'or observaient Paris avec attention. Le moindre geste ou bruit était suspect. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Bah ... Angelica sait se défendre , il n'y aura pas de problèmes. Elle observa le clair de lune une nouvelle fois. Il était tard , très tard. Et elle n'avait toujours pas retrouvé ce rebelle. Et bien , il se débrouilleras seul ! Elle est pas soumise à ce point. Serrant son poing , elle aurait voullu se défouler. Se lâcher comme avec ses parents qui riait en voyant leur fille ainsi parce qu'ils aimaient la voir ainsi. Elle-même. En penseant à eux , elle leur envoya un message disant qu'elle allait bien et qu'elle visitait Paris et qu'ils la manquaient ...
Non , elle effaça les dernières paroles et repartie. Angelica entendit un bruit de voix. Provenant du batiment voisin. C'était la voix d'un garçon. Il devait parler avec quelqu'un mais le silence qui suivit , disait que c'était peut-être l'imagination de la jeune fille. Mais comme elle était curieuse , mieux valait vérifier si c'était vrain ou pas. De plus , des personnes approchaient. Il fallait qu'elle se cache , avec eux , on ne sait jamais. Angelica malgré ses petites jambes , gravit les marches deux par deux. Essouflée , elle ouvrit la porte qui menait au toit. Elle reprit son souffle lorsqu'elle vit qu'il y avait vraiment quelqu'un ! Un jeune homme aux cheveux blonds comme les blés. Il avait l'air endormi , heureusement. Angelica prit soin de bien claqué la porte pour le réveiller. Pire qu'une gamine cette fille. Mais , elle se rendit compte que peut-être , les autres l'avaient entendu eux aussi. Mais non. Heureusement d'ailleurs. Elle se tourna alors vers le jeune homme.

- Salut.

Ce mot , c'est ce qu'Angelica avait à dire. De toute façon , elle s'en fichait de cet inconnu. Elle se pencha vers le rebord et regarda en bas. Ils étaient partis. Heureusement , sinon , qui sait ce qui aurait pu lui arriver. Mais ce jeune homme avec elle , était étrange ... Qui était-il au juste ?

{ Hors RP : Promis , je fais mieux la prochaine fois ~ }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz A. Hottenberg

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Sam 28 Jan - 10:06

« En général, ce sont les souvenirs les plus lourds à porter qui vous reviennent le plus facilement en mémoire. Ces souvenirs-là ont le pouvoir de changer une vie de manière fondamentale et de façon définitive. Et peu importe que vous réussissiez ou non à vous en débarrasser : ils auront laissé en vous des traces indélébiles. »
« Le claquement brutal de la porte tira immédiatement le blondinet de ses songes. Une personne venait le déranger, et il fallait avouer que ça ne lui plaisait pas des masses... surtout ce soir -ou plutôt ce matin. Il n'aurait pas daigné lever les yeux vers l'inconnue qui venait troubler le moment de calme qu'il se permettait ce soir si elle ne lui avait pas adressé un « Salut » prononcé dans une langue qu'il connaissait bien, sans pouvoir mettre un nom dessus. De toute manière, que ce soit de l'anglais ou du français importait peu étant donné qu'il parlait couramment les deux. Même si la langue qui venait systématiquement quand il était à l'étranger demeurait l'anglais, il comprenait aussi très bien le français, qui était en soi une langue magnifique. Il vit, dans le noir, une silhouette svelte et féminine, quoique les formes des hanches et de la poitrine manquaient quelque peu. Enfin ça, ce n'était que l'avis du BlackSong. Il ébourrifa ses cheveux et referma les yeux qu'il avait ouverts avant de soupirer.

— Salut, répondit-il en anglais.

Famille maternelle anglaise oblige, Oz avait acquéri un accent parfait. De plus, son talent pour apprendre les langues arrangeait considérablement les choses. Toujours était-il que le blondinet pouvait passer pour un anglais autant que pour l'autrichien qu'il était comme il pouvait se prendre pour un français.
Il se leva et vint se poster aux côtés de sa dérangeante interlocutrice et s'appuya sur le haut du muret et observa les lumières de la capitale, qui semblaient toutes diriger vers la tour Eiffel. Étrange spectacle, surtout après avoir vu les têtes à claques de tous ces BlackSongs assoifés de pouvoir. Hypocrite et sarcastique ? Le « Oz BlackSong » l'était à 100%, bien entendu ! Sans plonger dans la schizophrénie, le fils de l'Empereur d'Autriche parvenait à jongler entre deux personnalités différentes. C'était à la fois un choix et un état d'esprit, si l'on puis-dire.

— Tu devrais pas trainer dans les rues à cette heure-ci. On ne sait jamais ce que réservent les toits de Paris...

Avertissement ou simple conseil de gentlemen ? Lequel des deux Oz avait parlé ? Lui-même ne saurait répondre à cette question. Il ne savait rien de cette fille, qui pouvait être une Rebelle comme une BlackSong, ou même une AngelVox. Peut-être était-elle tout simplement normale. Se débarrasser d'elle ne lui apporterait rien, et tuer pour le plaisir de tuer n'était pas dans sa façon de procéder. Il lui fallait un motif, ou alors ça ne servait strictement à rien. Ce n'était pas un gros psycopathe sadique au maximum, non. Faire souffrir ne le dérangeait pas le moins du monde, mais le faire sans raisons retirait le plaisir, tout simplement.
Il sortit à nouveau son BlackBerry. 52 nouveaux messages... Forcément, quand un membre de la famille impériale disparaissait sans laisser aucune indication de sa destination, ça faisait tout de suite peur. Pour qui le prenaient-ils ? Comme s'il ne savait pas se défendre ! Oz était même persuadé d'être plus résistants que certains de ses body guards officiels, qui venaient finalement juste pour décorer. L'adolescent éteignit son smartphone et le fourra à nouveau dans sa poche. Il entendit des voix provenir des rues plus bas, et pointa les individus habillés de noir qui venaient d'entrer dans le bâtiment sur lequel étaient perchés les deux ados. C'était une réunion ou quoi ?! Pourquoi les parisiens s'évertuaient-ils à lui pourrir sa soirée ? Avec un peu de chance, il s'agissait de simples sbires BlackSong, qu'Oz pourrait faire déguerpir en moins de deux. Faute d'être le fils de l'Empereur d'Autriche, il fallait bien que ça serve à quelque chose...

— Sinon tu fais quoi ici ? C'est pas le meilleur endroit pour se promener de nuit.

Il pouvait bien parler, lui qui devait être un peu plus jeune qu'elle ! Sauf que bon, contrairement à elle, lui connaissait les bases –et plus– de la torture, du combat main armée comme au corps à corps. Il s'étira et soupira à nouveau. Il avait une folle envie de sauter sur le toit d'à côté et courir sans s'arrêter, mais c'était impossible; il avait beau être résistant, sauter de ce toit à l'autre lui vaudrait au moins deux jambes cassées. En attendant, on entendait des bruits de pas dans l'escalier... »


Dernière édition par Oz A. Hottenberg le Jeu 1 Mar - 14:24, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Angelica Bernkastel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 20/12/2011
Localisation : Là où tu n'es pas ~

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Sam 28 Jan - 14:46

- Salut

La voix masculine fit sursauter Angelica , c'était le garçon blond. Il avait répondu en Anglais , la jeune fille comprenait cette langue mais elle préférait de loin le Français. Bien que ce ne soit pas une langue facile , elle aimait celle-ci , depuis petite , elle savait parler Français et légèrement Anglais ( Avec toutes les émissions enfantines qui passaient avant à la télévision ). Ses parents savent parler courament l'Espagnol et l'Italien , normal puisque ces deux langues se ressemblent. Mais une chose figea Angelica , qui était ce garçon ? Il pouvait être un BlackSong , chose qu'Angelica ne peut pas aimer puisque c'est aussi à cause d'eux que sa mère ne chantonne plus. Elle serra le poing et ferma les yeux , un jour , elle s'est promis de donner une bonne raclée à John Thomas ! Et croyez-le ou non , elle était prête à tout pour parvenir à ses fins.
Angelica sursauta lorsque le blondinet vint au bord du muret où elle observait les ruelles. D'ailleurs , elle regarda la Tour Eiffel , chose dont elle avait totalement oublié à cause de sa mission. Angelica posa ses coudes sur le haut du muret et mit sa tête dans le creux de ses mains. Ses yeux dorés observèrent Paris et elle se releva d'un bond , c'était la Capitale de la mode et elle avait jamais fait les boutiques ici. Remarque , tout ses vêtements sont toujours déchirés en moins de temps qu'il faut pour le dire. Elle soupira , il faudra attendre ... C'est alors que le blondinet lui parla. Elle le savait que c'était pas fréquentable à cette heure-ci mais elle s'en fichait. La nuit est sa meilleure amie , et puis , Paris est une ville charmante le jour , la nuit , ce ne doit pas être pire.

-Tss ... Que peuvent-ils me faire ? Je sais me défendre , je suis pas une faible comme eux ...

Angelica regarda au loin et mit une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. On lui avait appris à se défendre , très vite , elle est devenue forte. En apprennant à se battre , elle s'est forgée sa véritable personnalité et elle n'a plus peur de rien. On lui a souvent dit de ne pas parler à des inconnus comme ce blondinet mais celui-ci l'intriguait ... De ses yeux vairons , un oeil rouge et l'autre vert. Autrefois , on disait que ceux qui avaient des yeux couleur sang étaient maudits. Elle n'y aurait pas cru une seconde mais , cela l'intriguait. Et c'est à ce moment là qu'elle se rendit compte qu'elle fixait le jeune blond , les yeux dans les yeux. Angelica rougissait lorsqu'elle s'en rendit compte et détourna son regard. Souvent , on lui disait qu'elle avait des yeux d'or et que de la poudre d'or pouvait surgir de ses yeux. Cela avait le don de la faire rire plus qu'autre chose.
C'était enfantin et puéril , certes , Angelica pouvait ressembler à une enfant mais à l'intérieur , elle était tout le contraire. Ses cheveux volèrent au gré du vent , comme toujours , ils allaient être encore plus décoiffés. Elle regarda le blondinet sortir son Smartphone , elle donnerait tout pour en avoir un , parce que un vieux portable coulissant , c'est vraiment de la merde. Et encore , c'est pas suffissant comme mot. Sans s'en rendre compte , Angelica pianota doucement sur le muret mais se retint de chantonner ni rien d'autres. La musique lui manquait terriblement même si elle avait pris comme habitude de ne pas y faire attention et d'oublier , ce qu'elle fit. Doucement , elle termina le "pianotage" et ferma les yeux. Mais un bruit la fit sursauter , des voix masculines. Et merde , ils étaient surement là pour elle. Angelica tendit l'oreille jusqu'au moment où le blondinet reprit la parole. Ce qu'Angelica faisait ici ? Mais pour qui il se prends ? Son père ? Se retenant de s'énerver , elle soupira. Les sermons , elle en avait sa claque. Fait pas ci , fait pas ça ... Qu'est ce qu'elle en a à battre ?! Mais elle ne pouvait lui dire ce qu'elle faisait là et pour quelle raison non plus. Vite , une excuse bidon , viiiiiiite !

- En fait , je me promène en me faisant chier parce que j'ai rien d'autre à faire !

Angelica se tourna vers le blondinet avec un sourire ironique aux lèvres. Elle aimait embêter les autres , leurs réactions étaient des fois , surprenantes et imprévues. Mais bon , il faut bien rire par moment , non ? Et puis sans les rires , comment serait-elle encore là ?

- Je plaisante , le prend pas mal. Mon nom est Angelica. Enchantée !

Elle venait à peine de le rencontrer et si il déjà , il ne l'aimait pas et qu'il n'était pas quelqu'un de bien , Angelica aura surement du mal à le battre. Car même si il est blond , il doit être plutôt fort. Angelica souria doucement à ce blondinet en attendant de savoir son nom. Qui ne doit pas être commun. Mais ses yeux vairons , raaaaah , elle ne pouvait détacher son regard puisque c'était la première fois qu'elle voyait ça. Et tout ce qui est nouveau est interressant pour Angelica. Et puis , même si c'est une rebelle qui a toujours toutes les missions merdiques , elle a une vie monotone et veut la changer. Angelica aime ce qui est nouveau et ... Spécial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz A. Hottenberg

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Mer 1 Fév - 23:10

« La nuit, toute chose prend sa forme et son véritable aspect. De même qu'on ne distingue que la nuit les étoiles du ciel, on aperçoit alors sur la terre bien des choses que l'on ne voit pas le jour. »
« Par respect, Oz ne lui avait pas ris au nez quand la jeune fille avait affirmé savoir se défendre, quoiqu'il en eut fort envie. Pas qu'il soit misogyne ou quoi que ce soit dans le même genre, mais il était tout simplement inconcevable pour lui qu'une fille aussi frêle –et pas BlackSong, en plus– puisse prétendre pouvoir se battre. Mais bon, sa sœur n'était pas un super gabarit non plus, alors bon.
Un sourire éclaira le visage de l'autrichien quand il vit la jeune fille détourner vivement le regard, le rouge aux joues, après avoir tenté de soutenir le regard vairon du blond. Parfois, il lui arrivait d'oublier qu'il avait cette particularité physique que très peu sur la planète possedaient, bien qu'ils fussent trois de la même famille à l'avoir chopée. Il se décoiffa –encore– et tenta de penser à autre chose. Il ne fallait pas qu'il s'inquiète pour Emily, et encore mois pour Juliet. Cette dernière était grande, elle pourrai gérer sans lui... pourquoi se comportait-il ainsi ? Juliet avait déjà quelques années de plus que lui, alors pourquoi stresser comme ça ? Ses pensées ne rimaient à rien. Il regarda la jolie créature qui se dressait devant lui. Même si elle n'était pas très gâtée niveau formes, il n'empechait tout de même qu'elle était agréable à regarder. De longs cheveux de jais, de grands yeux dorés –couleur inhabituelle mais hum, il pouvait parler– et une attitude insolente... elle n'était pas parisienne, ça se voyait.
Après une légère plaisanterie, elle décida de se présenter. Angelica. OK, la politesse veut qu'on se présente à son tour.

— Echanté, Angelica. Moi c'est Oz.

Un sourire en coin puis un Oz qui bondit pour s'asseoir sur le muret. Il nota le regard insistant que posait Angelica sur lui. Encore focalisée sur ses yeux, la jeune fille ne semblait pas pouvoir se détacher de l'emprise hypnotique que dégageaient les iris dépareillés de l'héritier. Il soutint son regard jusqu'au moment où le claquement métallique de la porte qui menait à l'escalier se fit entendre. Le blond jeta un coup d'oeil vers les deux silhouettes qui approchaient en faisant –à ses oreilles– plus de bruit qu'un troupeau d'éléphants en train de courir. L'un s'écria « On la tient ! » et on ne distingua pas bien les paroles de l'autre, mais toujours est-il qu'ils s'approchèrent. Prudemment.
La raison de ces précautions fut vite réglée. Il s'agissait des deux sbires BlackSong qui avaient laissé le Rebelle s'échapper. Son Rebelle. Celui qu'il avait eu envie d'interroger à sa façon, mais qui leur avait malencontreusement échappé. Il les toisa de bas en haut, chacun leur tour, et son « attitude BlackSong » prit le dessus sur le mix des deux personnalités auquel Angelica avait eu le droit.

— Tiens donc... siffla Oz en français tandis qu'il changeait sa sucette de côté en un claquement de la langue. Ne seraient-ce pas les deux couillons qui ont laissé mon dîner se faire la malle ?
— Monseigneur Oz... nous vous prierons de pardonner notre incompétence, mais si nous sommes ici c'est pou-
— Je ne me rappelle pas avoir demandé ce que vous foutiez ici. À vrai dire, j'en ai rien à cirer alors si vous vous voulez bien, laissez-moi.
— Si nous sommes ici, c'est parce-que nous avons vu cette jeune femme sortir d'un quartier infesté de Rebelles et voudrions l'emmener afin de lui poser quelques questions, si ça ne vous dérange p-
— Bien sûr que ça me dérange ! s'exclama Oz en souriant sournoisement. Depuis quand les gens comme vous se chargent des interrogatoires ? Jamais quand je suis dans les parages. Dites à mon père que je rentre dans deux heures et fichez le camp, à moins que vous ne vouliez servir de plat de résistance ?

Recevoir des ordres de la part d'un gamin de 15 ans n'était jamais valorisant, aussi membre de la famille impériale soit-il. Néanmoins, ils furent contraints d'obéir, car hiérarchiquement, le blondinet était largement au-dessus d'eux deux. Réunis. Ils se courbèrent en une révérence officielle et tournèrent les talons. Bien entendu, Oz n'était pas dupe: ils allaient attendre Angelica dès qu'elle aurait mis un pied en dehors du bâtiment. L'héritier avait beau être BlackSong, ceux qui travaillaient pour les français préféraient ne pas se frotter à leurs supérieurs directs.
Oz secoua sa tête, remuant par la même occasion sa touffe dorée et baissa les yeux vers Angelica.

— Alors comme ça on tourne autour des Rebelles ? Dans la capitale en plus, je te trouve bien téméraire sachant que c'est là où se trouve le siège BlackSong...

Il ne comptait, en soi, rien faire à Angelica. Pas parce-qu'il avait presque sympathisé avec elle mais simplement parce-qu'il n'avait la tête à rien, ce soir. D'autant plus que l'intervention de ces incompétents avaient complètement refroidi le pauvre autrichien.
Et puis même, il avait juste besoin de causer un peu, parce-qu'avec les BlackSong, il y avait toujours une sorte de tension terrible dont la cause était peut-être le stress de décevoir ses supérieurs. Oz n'avait pas ce genre de problèmes, mais ses interlocuteurs n'étaient pas des plus causants. »

[HorsRP: Je suis pas plus inspiré que ça, pardon ! ><]


Dernière édition par Oz A. Hottenberg le Jeu 1 Mar - 14:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Angelica Bernkastel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 20/12/2011
Localisation : Là où tu n'es pas ~

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Ven 3 Fév - 21:08

    Le ciel , aussi noir que les ténèbres était éclairé par des multitudes d'étoiles. De tailles différentes certes , mais ça restait des étoiles. Angelica n'y connaissait rien en cette matière , elle savait juste où trouver la Grande Ours et encore ... Tout ce qui était intellectuel n'était pas fait pour Angelica qui était du genre à foncer tête baissée en riant. Elle aimait pas le sport en général. Peut-être que l'escrime est une chose où elle se défoule bien mais bon ... Oui , elle était chiante , incomprise et une tigresse de poche par dessus tout ! Pire qu'elle , y'a pas ! Angelica appuya ses coudes sur le bord du muret et posa sa tête dans le creux de ses mains. Le regard vers les boutiques de Paris. Lorsque le blondinet se présenta à son tour , Oz ? D'où ça vient se prénom ? C'est Allemand ? Suisse ? Raaaaaaaaaaaah , on s'en fiche ! Et puis , lorsqu'il parlait , il avait souri , un sourire en coin , chose qu'Angelica ne savait faire. Soit , elle souriait franchement , soit pas du tout. Mais jamais des sourires en coin , remarque , elle se retenait souvent de rire devant des situations pas très marrantes. Exemple : Angelica se trouve à une réunion très mportante et quelqu'un dit quelque chose de très sérieux. Et elle est la seule à se retenir de rire.
    Bref , elle était immature par moment. Mais lorsque les problèmes la concernés , elle prennait son air sérieux de Tigresse de Poche qui bouscule et insulte tout le monde. Cela ne la gênait pas de se battre sans raison valable. La dernière fois , elle était en pleine rue et quelqu'un l'avait bousculé sans s'excuser. La raclée qu'il s'était pris ! On lui disait souvent : " Tu es encore au collège ? Quelle chance ! " Avait-elle une tête à aller au collège ? ( Oui mais chut ~ 8D ) Elle donnait une bonne raclée à tous ceux qui osaient lui dire ça. En même temps , beaucoup aimerais retourner en enfance ou au collège mais Angelica , elle , rêvait d'être considérée comme une adulte et non une enfant. Lorsqu'elle entendit la porte derrière eux s'ouvrir , Angelica se retourna d'un coup prête à se défendre. C'était deux hommes surement les soufifres des BlackSongs. Bah , ils étaient pas très doués alors , elle s'en fichait. Mais à ce point qu'Oz intervienne pour la défendre , ça , elle ne s'y attendait pas. Mais lorsque l'un des deux hommes balança qu'elle venait des quartiers rebelles , Angelica pouffa un rire. Bon à rien. C'est alors qu'Angelica se demanda pourquoi le blondinet disait qu'il rentrait bientôt. Un BlackSong fi-fils à son papa ?
    Cela la faisait bien rire. Alors , lorsque les deux hommes repartirent , Angelica savait qu'elle allait devoir leur donner une bonne leçon si elle voulait repartir. Et le blondinet BlackSong se retourna vers elle , lui parlant l'air de rien comme quoi elle allait avec les rebelles et tout le reste.

    - Mmmh ... Penses ce que tu veux ... Mais , je te remercie , j'aurais pas trop aimé me faire "interroger" par ces deux gringalets. Je te dois un service ...

    Être redevable à un BlackSong n'était pas vraiment ce qu'elle aimait faire. D'ailleurs , elle n'avait jamais cru devoir faire ça un jour. Rien que cette idée lui faisait mal au crâne ... Du moins , si ce BlackSong n'aurait pas était aussi sympa avec elle , elle lui rit au nez et serait repartie. Mais celui-là était sympa et l'avait aidé alors voilà. Elle lui devait donc quelque chose. Il faut bien le remercier. Sinon , à quoi ça sert de partir sans rien dire alors qu'on l'avait aidé ? Et puis , il pouvait surement lui faire du mal alors non merci. Angelica s'appuya contre le muret et s'asseya. Ses cheveux d'ébène tombant le long de son dos , elle regarda le ciel étoilé de Paris. D'ailleurs , à cette heure-ci , Paris dormait paisiblement. C'était nul , ennuyeux et pourrit. Enfin , toujours selon Angelica.

    Hors RP : Désolé si c'est plutôt court mais mon inspiration est partie je ne sais où ... ù.ù
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz A. Hottenberg

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   Sam 3 Mar - 21:41

.Oz & Angelica.


« Je suis fort parce que j'ai été faible, je suis reconnaissant parce que j'ai vu pire, je ris parce que j'ai connu la tristesse, je ne fais plus confiance parce que j'ai vécu le chagrin. Je vis au jour le jour car demain rien n'est certain. »
« Pourquoi ? Pourquoi avait-il pris la défense d'Angelica face à ces deux sous-fifres ? Elle n'était rien pour lui, rien qu'une fille connaissait depuis cinq minutes à peine. Alors pourquoi ? S'était-il attaché à elle ? Pas possible. Cela faisait bien trop longtemps que l'autrichien n'avait pas éprouvé de l'affection pour des individus autre que ses sœurs, et encore moins des filles. Toutes ses petites amies jusqu'à présent n'avaient été là que pour satisfaire une image. Une façon de penser bien puérile mais digne des collégiens après tout. À 15 ans, vous le trouvez où l'amour ? Les gens sont ensemble seulement pour le swag, et ce manque de maturité était présent dans tous les adolescents de la génération. Enfin presque.
Angelica conclut finalement qu'elle lui devait un service, et même si Oz ne le voyait pas de cette manière, il ne nia pas. Si elle avait besoin de lui être redevable, c'était son choix. Lui, il n'en avait rien a faire puisqu'il était persuadé qu'à partir de l'instant où il quitterait l'immeuble, plus jamais il ne la reverrait. Pas qu'il était certain qu'elle allait se faire tuer, mais il y avait peu de chance qu'Angelica vienne en Autriche avec le bel accent français qu'elle avait. Non, avec un timbre pareil, l'allemand était tout bonnement rayé. Les Hottenberg, c'etait un peu différent puisque l'apprentissage des langues était quasiment inné, chez eux. Suffisait de voir Emily: 10 ans et professionnelle de l'allemand, l'anglais, le français et l'italien, ainsi qu'en plein apprentissage du japonais, du coréen et de l'espagnol. Cela faisait des personnages assez éloquentes, mais totalement nuls en sciences. Enfin dans un monde comme celui dans lequel ils vivaient, ne valait-il pas mieux être charismatique plutôt qu'intelligent ?
Oz se tourna vers Angelica, qui semblait s'ennuyer ferme. Remarque, lui non plus ne s'amusait pas des masses, alors autant en faire profiter à tout le monde. Il avisa les alentours et repéra un immeuble situé cinq ou six mètres en-dessous d'eux.

▬ Il est temps de changer de décor ma belle !
Il passa la bandoulière de son sac –ramassé au préalable– par-dessus son épaule et attrapa le bras d'Angelica dans la but de la soulever. Sans attendre de réponse de sa part, il la hissa avec facilité sur le rebord du muret sur lequel il s'était levé et, un sourire aux lèvres, sauta du toit. Sans lâcher la Rebelle, bien évidemment. Le vent lui hurlait dans les oreilles, mais cela n'empêcha pas à Oz de lâcher une exclamation de joie, avec toute l'adrénaline qui lui montait à la tête. Ce qu'ils faisaient été risqué, car il suffisait d'un simple faux mouvement pour qu'ils basculent en arrière... mais Oz était inconscient, et on pouvait constater que ce n'était pas la première fois qu'il faisait une telle chose. Rentrer chez lui à pied en sautant de toits en toits était beaucoup plus plaisant que de regarder Vienne derrière la vitre teintée d'une limousine, aussi confortable soit-elle...
Finalement, les deux rencontrèrent le sol de manière assez... brutale. Ah, il n'avait pas si bien calculé la distance, finalement. Heureusement, il eut le réflexe de se poster en dessous d'Angelica, encaissant ainsi le choc de leurs deux corps heurtant le toit de l'immeuble. En attendant, la Rebelle devait certainement avoir reçu un coup car elle mit un certain temps avant de pouvoir bouger, mais ça ne dérangea pas plus que ça le BlackSong puisque lui-même était légèrement sonné. Il se releva en position assise et décala Angelica en la poussant doucement.

▬ Scheiss ! jura-t-il dans sa langue maternelle, avant de reprendre en français. J'ai l'impression que j'ai mal calculé la distance entre les deux bâtiments...
Il se frotta le bas du dos, qui commençait à le démanger. Il avait dû s'écorcher en frottant contre le sol lors de l'atterrissage, mais ça n'était jamais qu'une petite blessure superficielle... rien de grave. S'il racontait ça à ses sœurs, Juliet allait l'engueuler, et Emily se payerait sans aucun doute de sa tête... quoique le contraire risquait d'être possible. Les deux filles se ressemblaient tellement que c'en était presque effrayant.
Il ne tenta pas de se lever, non. Rester assis lui convenait tout aussi bien, car cette douleur dans le dos commençait à prendre une plus grosse ampleur qu'il ne l'aurait imaginé lorsqu'il tenta de se mettre sur ses pieds. Néanmoins, il s'efforça de ne rien laisser paraître et garda son air qui disait « m'engueule pas, c'est pas ma faute ! » devant une Angelica qui allait sûrement lui gueuler dessus pour sa connerie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: { On the road of Paris. — Angelica Bernkastel   

Revenir en haut Aller en bas
 
{ On the road of Paris. — Angelica Bernkastel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 23/08/1944 - Road to Paris - 4/RMSM Remue-Menage et Ray
» Road Trip Floridien : Le rêve de 2 soeurs - Du 4 au 21 Octobre 2015 (MAJ : 21/05/2017) - TR Terminé
» Avis de marché - Paris - église Ste Marguerite - Lot 1 peinture murale
» [PARIS] : boutique l'archimage
» [Débat] L'implantation de Disneyland Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Symphonia World :: Europe :: France-
Sauter vers: