Si la musique n'était plus. Si un tyran prenait le pouvoir. Comment serais le monde?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taylor A. Dalloway

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2011
Age : 20

MessageSujet: { Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars   Jeu 29 Déc - 1:48

« Lorsque j'allumais mon portable pour regarder l'heure, il était vingt-trois heures passées. Cette salle faiblement éclairée, complètement bondée et remplie de gens bourrés suffit à me dire où je me trouvais. Il fallait que je rentre, ou j'allais me faire passer un savon par mon frère. Un sermon de Niji, wah la blague. Je levai mon impérial fessier de cette chaise inconfortable et avançai... mauvaise idée. Titubant pendant un ou deux mètres, je dis demi-tour illico et me rassit à cette table que j'avais quittée quelques secondes auparavant, sur laquelle trônaient un verre rempli à moitié, et deux bouteilles de Vodka. Dont une vide. Mis dans le contexte de la salle et tout, je compris tout de suite ce qu'il m'arrivait.

J'étais complètement bourrée.

Oh la vache, qu'est-ce-que ça faisait mal ! L'impression que j'avais de me faire trouer la tête par un marteau-piqueur était... étrange. Chaque effort que je faisais pour réfléchir à comment je m'étais enfoncée dans ce merdier me faisait souffrir, si bien qu'attraper le verre et le vider me fit un bien fou ! Vous me direz qu'une cuite à 16 ans, c'est pas bien, mais quand on a vécu une vie comme la mienne, croyez-moi ça détend; et pas qu'un peu.
Doucement mais sûrement, des souvenirs revinrent. J'avais suivi des amies, persuadée que j'allais bien m'amuser, mais leur délire du jour était de se faire peloter par de parfaits inconnus rencontrés dans la rue. Résultat, j'étais restée autour de la table, à boire, boire re-boire, pendant que tout le monde jouait aux putes. J'avais dû me faire aborder quatre ou cinq fois, un délire dans le genre et là, je me demande pourquoi je ne suis pas partie. Petit à petit, tout le monde rentrait chez eux, mais j'étais bien trop mal en point pour me résoudre à sortir du bar. Voilà pourquoi je me retrouvais seule, et complètement saoûle. Je posai mes coudes sur la table et commençai à me masser les tempes. Je n'avais aucune idée de l'endroit exact dans lequel je me trouvais mais il fallait que je rentre en pleine forme ou mon frère allait encore m'engueuler.
Ce bar possédait une scène, avec projecteurs et micros. S'il y avait bien quelque chose que je souhaitais de tout mon cœur, c'était que je n'aies pas eu la mauvaise idée de chanter en public, ou alors les BlackSongs n'allaient pas tarder à rappliquer, et je serais dans la merde. Une serveuse arriva finalement pour prendre ma bouteille vide, et me fit un clin d'œil au passage en ajoutant un petit « Super ton show tout à l'heure mais j'te conseille de dégager vite fait si tu veux pas te faire choper par les BlackSongs du coin, surtout que j'ai entendu dire que leur patron est dans les parages... » avant de partir s'occuper d'une autre table. Son message avait été clair, j'avais fait une connerie pure et dure. Je m'appuyai sur la table et titubai jusqu'aux toilettes -heureusement pour moi elles n'étaient pas à l'autre bout de la salle- où je pris le temps de me passer de l'eau sur le visage. Même complètement sèche, je restais jolie, et heureusement pour moi que ma coiffure n'avait pas été trop endommagée. Je la réajustais quand même, simple réflexe, et toisais ma tenue du jour. Bottines en cuir, collants troués, short destroyé de partout et débardeur noir... OK. Sauf que je me rappelais m'être ramenée avec une veste en cuir que j'avais laissée sur le dossier de la chaise. C'était un signe qui disait que j'étais trop mal en point pour rentrer tout de suite !

Sauf que là, c'était ma vie qui était en jeu. Si quelqu'un balançait que j'avais chanté, les BlackSongs viendraient s'occuper de moi. Ces sales toutous qui servaient Jonh Thomas juste parce-qu'ils étaient trop faibles pour s'opposer au dictateur ! Papa et Maman avaient été tués parce-qu'ils étaient des rebelles, parce-que Jonh Thomas avait eu peur. Ça, c'était ma version des faits, et la réalité devait bien se rapprocher de cette vision. Je sortis des toilettes et titubais une nouvelle fois jusqu'à ma table, qui était maintenant occupée par un mec que je voyais encore un peu flou. Je m'assis en face de lui et plantai mon regard turquoise dans le sien, azuré.

— Dégage, c'est ma table.

Au moins, ça avait le mérite d'être clair. Je n'étais pas réputée pour ma douceur, mais me montrer aussi agressive n'était pas dans mon genre. D'ordinaire seulement, sauf que là j'étais bourrée, et mes paroles étaient incontrôlées. Ce mec, je l'avais déjà vu quelque part... mais où ?!
Putain, réfléchir me faisait tellement mal ! Pourtant, j'avais la certitude que j'aurais dû partir, et si une bande de BlackSongs débarquait maintenant, j'étais foutue. Même pas la force de courir, ni dème débattre, j'étais devenue complètement vulnérable.
Sur ce, welcome to my life. »


Dernière édition par Taylor A. Dalloway le Dim 5 Fév - 21:22, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Gabriel C.Mars
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 29/06/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: { Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars   Sam 31 Déc - 14:02

21h30. Soupir. Son patron avait la chance d'avoir tout son respect par ce qu'a cet instant même il allait faire un meurtre. Il voulait bien suivre les ordres, en donner, mais faire un aller jusqu'à New York pour une raison Ô combien inutile l'agaçait au plus au point. Gabriel soupira encore une fois attrapant sa valise sur le tapis coulissant de l'aéroport. Y'avait intérêt à ce qu'une voiture l'attende parce que là il allait vraiment explosé. Ses yeux habituellement vert menthe avait virer au bleu orage tant il était sur les nerfs. Tout en passant dieu seul sait combien de porte, montant un nombre incalculable d'escalier, Gabriel repensait à l'ordre qui lui avait été donné la veille au soir.

Gabriel était en train de finir de signer les papiers de son bureaux lorsque sa secrétaire entra pour lui annoncer qu'il était attendu dans la salle de visio-conférence au 7ème étage du QG. Il se souvient avoir demander d'un air las à la femme d'un certain âge qui l'appelait et avait eut comme réponse un bref « M. Thomas » ce nom avait eu un effet élastique et il s'était précipité a une vitesse ahurissante dans les couloirs prenant les escaliers plutôt que l'ascenseur. Devant la porte il vérifia vaguement sa tenue, il portait un vulgaire jean noir et un t-shirt tout simple tout aussi noir, ça ferait l'affaire pour aujourd'hui. Lorsqu'il était rentrer dans la salle la première chose qu'il avait vu, enfin entendu surtout, c'était son patron en train de hurler sur un novice qui visiblement était un « incapable » doubler d'un « imbécile ». Gabriel n'avait pas retenu un bref pouffement. Le jeune homme n'avais pas pris la peine de s'asseoir et ce qui fut bien utile car son patron lui avait lâcher une seule et brève phrase « Tu pars à New York demain, tout les renseignement te seront fournis sur place ». Suite à ça une veine avait palpiter sur sa tempe, pour que son patron lui sorte ça fallait qu'il soit vraiment sur les nerfs. Gabriel maudissait l'imbécile qui avait énerver John Thomas, si on l'empêchait de faire son rapport du mois. Bon! Pour qu'on lui demande de partir aussi vite c'est que c'était urgent, c'est pourquoi il avait rejoint ses appartements vite fait pour préparer sa valise.

Un grognement sourd sortit de la gorge du jeune BlackSong, il venait d'arriver à l'extérieur et... Personne. Visiblement il allait devoir se débrouiller c'est donc en grommelant qu'il s'avança un peu plus vers extérieur, longeant le trottoir de l'aéroport pour trouver un taxi qui l'emmènerai vers un hôtel quelconque. Il allait en appeler un lorsqu'un employé hurla son nom derrière lui, ne s'y attendant pas Gabriel faillit le tuer sur place. Reprenant son calme aussi vite qu'il était partit il écouta se que lui disait le gars en face de lui. Rien de bien important, juste qu'une voiture l'attendait sur le parking de l'aéroport au niveau 0. Il devait avoir un regard mauvais car l'employé partit aussi vite qu'il était venu, fourrant à la va vite les clé de l'automobile dans les mains du jeune homme. Jeune homme qui avait enfin retrouvé sa sérénité naturelle au moment où il avait toucher les clés. C'est limite en courant que Gabriel rejoint la voiture qu'on lui avait fourni... Et visiblement on s'était pas foutu de sa tête, une magnifique Mercedes prenait place au milieu du parking vide. « Comme dans les films » avait penser, amusé, Gabriel tout en ouvrant le coffre pour y placer ses affaires. Une fois tout son fourbis ranger il s'installait sur le siège côté conducteur lorsqu'il se rendit compte qu'il avait mit les clés dans le coffre avec ses affaires. Non mais quel crétin! Il sortit aussi vite qu'il était rentrer pour aller chercher ses clés. Une fois réinstaller, il ouvrit la boite à gant, son intuition lui dictant que tout ce dont il aurait besoin serait dedans... Et jack pot mon pote tout était là. Le GPS, le dossier de mission avec tout les renseignement dedans. Vu l'heure il se dit que regarder le dossier ne servait à rien mais il prit quand même le soin de noter l'adresse de son hôtel.

Après... Une bonne heure à se repérer dans cette ville gigantesque, Gabriel finit par trouver son hôtel où là aussi on ne l'avait pas pris pour un imbécile, un portier l'avait accueilli à l'entrer et un autre s'occupait de ses bagages. Son patron avait quelque chose à se faire pardonner ou quoi? Une fois dans sa chambre, aussi grande qu'une maison soit disant passant, il s'installa dans un fauteuil tout en allumant la télévision... Qu'il éteint aussi vite. Il n'avait pas envie de rien faire. C'est donc avec une envie de se changer les idées que le jeune homme attrapa sa veste et son porte feuille. Vu la taille de la ville devrait bien y avoir au moins un bar d'ouvert à cette heure ci! Y aller en voiture n'était pas super discret aussi Gabriel préféra y aller à pieds, c'était la première fois qu'il venait ici seul mais ce n'était pas pour autant qu'il était émerveillé devant toutes les lumières de la ville.

Par chance il trouva vite un bar d'ouvert. Bar qui comprenait un scène et un micro se qui tira une grimace à Gabriel, il n'était pas d'humeur à aller à la chasse au Rebelles et encore moins aux AngelVox. Avisant la salle il trouva une table et s'y installa étalant ses jambes sous la table comme s'il était chez lui. Une fois poser il observa vaguement commandant une bouteille de bière, il avait besoin de boire, ce qu'il vit lui fit ressentir une pitié malsaine pour les filles en train de se faire tripoter dans un coin par des gars dans un état avancé d'ébriété. Un bref « Pitoyable » traversa ses lèvres en voyant un vieil homme au ventre rebondit en train de rigoler comme un abruti, totalement bourré. Il allait revenir à sa bouteille lorsqu'une jeune fille d'environ 16/17 ans, habillé comme n'importe quelle fille de son âge mais qui avait de long -très long- cheveux bleus turquoise. Il haussa un sourcil de surprise vraiment spécial.

--Dégage, c'est ma table.

Au moins ça avait le mérite d'être clair mais ce n'était pas une gamine de 16 ans qui allait lui dire quoi faire. Petit un il avait une réputation à tenir, petit deux cette fille était totalement saoul et faire la leçon à une personne dans cette état n'était pas très utile... Ce qui n'empêcha pas à Gabriel de lui répondre avec une pointe d'amusement dans la voix. Ça faisait longtemps que personne ne lui avait plus parler comme ça.

--Cette table m'appartient autant qu'à toi jeune fille. D'ailleurs qu'est ce qu'une fille de ton âge fous là hein?

Bah quoi? Il avait le droit de savoir non? Vous en voyez tout les jour des gamins dans des bars totalement bourrés et à peine capable de tenir sur leurs jambes? Non pas possible. C'est toujours le sourcil lever qu'il fixait la jeune fille attendant vaguement une réponse qui à l'air de son interlocutrice sera bien... Violente. Gabriel allait aimé sa soirée, Ô oui il allait l'adorée même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://symphonia-world.forumactif.org
Taylor A. Dalloway

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: { Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars   Mar 3 Jan - 0:38

« Comme toute personne ayant un minimum de repartie aurait pu le faire, le mec ne se gêna pas pour répliquer face à evqui ressemblait à un ordre. Mais pourquoi venait-il me faire chier pendant un de mes moments de faiblesse ? Et puis d'abord, que faisait-il tout seul à cette heure-ci ? Pas que je sois du genre à balancer des clichés mais bon, ce gars -qui n'avait pas l'air de venir d'ici vu son très léger accent- n'etait pas désagréable à regarder alors en temps normal, les mecs de ce genre faisaient e ceux derrière nous: ils pelottaient des blondes à forte poitrine. Ben non, il avait fallu que je tombe sur le seul mec de la ville à vouloir pourrir la vie à de pauvre ados qui lui avaient rien demandé. Je levai un regard blasé vers lui et soupirai en coinçant une mèche de cheveu gênante derrière mon oreille.

— Ça te fais quoi, t'es pas flic à ce que je sache ! balançais-je à propos de sa remarque au sujet de mon âge. Et cette table elle est à moi parce-que j'étais là av-
— La bière de monsieur ! me coupa une voix féminine qui ne m'était pas inconnue. Angel chérie, j'te sers quoi ce soir ?
— La même chose que lui, répondis-je simplement.

Alors... il fallait mettre les choses dans l'ordre. Cette serveuse, c'est une Rebelle pure et dure qui se fait passer pour une femme normale, qui tient un bar en compagnie de son mari. Elle connu mes parents depuis la nuit des temps et me considère un peu comme sa filleule, quelque chose dans le genre. Sauf qu'elle a compris que parfois, il faut me laisser décompresser. Jusque là tout va bien.
Sauf que bon, elle venait tout de même de m'appeler par mon second prénom ! Soit j'avais mal entendu, et elle avait seulement lâché un « ange chéri » mais c'était fort peu probable, puisque j'avais toujours été « Taylor » pour elle.
Je ne relevai pas plus que ça, ou ma tête allait finir par lâcher, et plaquai mes mains de part et d'autre de mon crâne. Dieu ce que ça faisait maaaal ! Je fermai un instant les yeux et m'étalai sur la table en enfouissant mon visage dans mes bras. Boire, c'est mal. Je le sais mais je peux pas m'en empêcher parce-que j'ai trop mal. Partout en fait. Quand j'ai mal, il faut que je chante... et punaise, c'était interdit nom de nom ! Mais qu'il aille se faire voir, ce John Thomas de mes deux pieds ! Je relevai la tête quand on posa un objet sur la table. Un verre et une bouteille de bière... ah, sûrement pour moi.

— Trésor, c'est la dernière. Après tu rentres chez toi, tu as compris ? annonça-t-elle en décapsulant le bouteille verte.
— J'ai pas envie de rentrer... j'irai à l'hôtel.
— Hum... ton frère va s'inquiéter, Angel. Tu devrais rentrer chez toi, vraiment.

Je la vis jeter de petits regards anxieux en direction de celui qui était assis en face de moi, et peut-être aurais-je compris la nature d'une telle inquiétude si mon esprit n'avait pas été aussi embrumé. Cette femme un peu enrobée, âgée de la quarantaine et mère de trois enfants dégageait une telle aura rassurante qu'il était difficile de ne pas sentir son inquiétude quand cette dernière s'emparait d'elle. Je versai le contenu de la bouteille décapsulée plus tôt et prit quelques gorgées pour faire passer un peu le goût de la vodka qui me brûlait encore la gorge. Tout compte fait, j'aurais dû commander un verre d'eau...
Il n'empêche que je vidai rapidement la moitié de mon verre avant de me tourner vers ce brun -qui n'avait pas une tête d'américain- obstiné. Têtue comme j'étais, je n'allais pas me laisser faire par ce mec -dont le visage me disait quelque chose- qui débarquait tranquillement dans mon espace vital. Cependant, ma volonté céda devant ce surplus d'alcool dans mon organisme et mes lèvres se mirent à bouger... toutes seules.

— Pourquoi avoir choisi ce bar, et surtout cette table ? Y'a plein filles autour de toi alors fais comme tous les mecs de ton âge et lâche toi !

En parlant d'âge, ce mec ne dépassait pas 20 ans, ça se voyait. Pourtant, il semblait parler comme s'il était déjà adulte. Hého mon grand, on se calme ! T'es encore mineur sur les terres américaines ! Croyez-moi, on me le rappellait à longueur de journée.
Je regardai mon interlocuteur avec insistance. Des cheveux bruns qui semblaient, à première vue, assez doux, un teint ni trop clair ni trop foncé -contrairement au mien qui me donnait des airs de poupée de porcelaine- et de jolis yeux. Un visage fin, allongé et bien proportionné... hum, les filles auraient été là, je me serais pris une gifle pour me réveiller, suivie de remarques telles que « Mais t'es pas bien de lui parler comme ça ! Y'a mieux comme technique d'approche ! » auxquelles j'aurais répondu « Mais j'm'en tape de vos plans de drague, oh ! ». Pourquoi avaient-elles toujours besoin de se trouver un petit copain ? Le célibat c'est super aussi !
Je me surpris à penser à de telles âneries et secouai frénétiquement la tête. Mauvaise idée. Le marteau-piqueur avait laissé place à une foreuse et j'attrapai l'un des verres posés sur la table -le mien ou le sien j'en avais rien à faire- et but trois ou quatre petites gorgées avant d'être prise par de nombreux frissons. J'inspirai un bon coup et posai mes coudes sur la table en bois et enfouis ma tête dans mes mains. La vache, l'alcool c'est un truc ultra nocif. Et je me sentais bien faiblarde, contrairement à d'habitude. »


[HorsRP: Je corrige demain si j'ai le temps ! o/
Et hésite pas à faire bouger le PNJ de la serveuse hein. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: { Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars   

Revenir en haut Aller en bas
 
{ Qui sème le vent récolte la tempête. — Gabriel C. Mars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Symphonia World :: Les Amériques :: Etats-Unis-
Sauter vers: